pour imprimer le texte

 

 

Pour que les gens parlent, faut aussi qu’ils osent parler. Ça aussi ça a l’air de rien et pourtant c’est quelque chose le nombre de gens qu’osent pas l’ouvrir, y a même pas besoin de les empêcher, ils se la coupent très bien tout seuls et ils trouvent toutes sortes de bonnes raisons pour pas se faire entendre, que de toute façon on les écoutera pas, et que ça servira à rien, et le jour où ils sont un peu sincères ils finissent par avouer qu’ils ont peur qu’on se foute d’eux, qu’ils ont peur de dire des conneries. Comme si tout le monde en disait pas, des conneries, comme si dans tout ce qu’on débite y avait pas quatre-vingt-dix pour cent de conneries en moyenne, j’évalue ça en gros et vous m’en voudrez pas si je tombe un peu en-dessous de la vérité. Et puis qui c’est qu’en juge, que vous dites des conneries, qui c’est qu’en décide que c’est des conneries ? C’est toujours la même histoire : au lieu de constater tout bêtement que les valeurs, c’est ni plus ni moins des mirontons comme vous et moi qui les font, aussi plats, aussi cons, aussi limités que vous et moi et sûrement pas infaillibles, les gens ils ont toujours derrière la tête, ce qui fait qu’ils peuvent même jamais le voir en face, ce modèle idiot de comment le monde est fait qu’y a quelque part dans les hauteurs une espèce de dépôt des poids et mesures ousqu’on trouve les étalons de tout ce qu’il faut dire et de ce qu’il faut pas dire, de ce qu’il faut penser et de ce qu’il faut pas penser, et toutes les fois qu’ils voudraient en sortir une ils se demandent ce que l’étalon va en dire, si elle sera à la bonne longueur ou si elle va pas avoir l’air trop minable, alors neuf fois sur dix après avoir bien réfléchi ils préfèrent la rentrer en douce, ils ont trop peur d’avoir l’air con.

Moi si je refaisais les Droits de l’homme, qui commencent à en avoir bien besoin, celui que je mettrais avant tous les autres, parce que c’est le plus fondamental et c’est peut-être le seul qui pourrait vraiment changer la vie, c’est le droit à la connerie. Le jour où chacun en sera pénétré, le jour où chacun sera décidé à l’exercer, vous pouvez pas imaginer ce que le monde sera plus heureux, et plus détendu, et plus aimable aussi. En attendant, faut continuer à avoir l’air intelligent, ce qu’on s’emmerde !

Roger Gentis, Guérir la vie, 1971.

 


pour imprimer le texte


Haut de la page


COPYRIGHT 2002 Bernard Defrance - tous droits réservés
contact webmaster

Warning: Unknown: Your script possibly relies on a session side-effect which existed until PHP 4.2.3. Please be advised that the session extension does not consider global variables as a source of data, unless register_globals is enabled. You can disable this functionality and this warning by setting session.bug_compat_42 or session.bug_compat_warn to off, respectively. in Unknown on line 0