pour imprimer le texte

Quel est le but véritable de l’école ? Le but de l’école est-il vraiment d’instruire un élève, de lui inculquer des connaissances précises, de lui apprendre que le code génétique humain est codé en acides aminés ou que le logarithme néperien a des propriétés remarquables ? Non ! L’école a d'abord pour but de transformer un enfant en un adulte, qui saura faire face aux problèmes de la vie quotidienne. L’école sert aussi à maintenir le cerveau humain en marche pour qu’il ne se " rouille " pas. Les maths, la physique, la biologie... servent à ça !

Le baccalauréat semble donc représenter une somme de savoirs illusoires : on a le bac, donc on est censé être plus intelligent que le non-bachelier. Le fait qu’on ait un bout de papier sur lequel il y a marqué " admis au baccalauréat " et reconnu par la loi, voudrait dire qu’on est plus intelligent que celui qui n’a pas ce bout de papier.

Je pense sincèrement que, dans sa forme actuelle, le bac détruit la culture. Mais qu’est-ce que la culture ? La connaissance ? La science ? Dans notre contexte scolaire, ce serait l’apprentissage des maths, de la biologie, etc. : mais à quoi nous sert tout cela ?

Surèche Vassoudevane,

TS1, Utrillo, janvier 2000.

 

Qu’est-ce que le baccalauréat ? Un diplôme valorisant ou un morceau de papier avec lequel on passe pour intelligent ? Le baccalauréat devient de plus en plus une barrière pour accéder aux études supérieures. Un individu qui a le baccalauréat est théoriquement plus intelligent que le non-bachelier. En effet, celui-là a plus de chances d’être embauché dans une grande entreprise que celui qui a seulement le brevet des collèges. Tout cela parce qu’il n’a pas réusssi à passer six épreuves en trois jours. Ainsi je pense sincèrement que le bac est une vraie " trahison ". Il donne à des élèves une idée tout à fait fausse : l’illusion d’être plus intelligent que d’autres. Chez les élèves de terminale, le bac provoque une angoisse permanente. Les candidats cherchent à " ingérer " des connaissances dans le seul but de franchir ce cap, absolument " inutile ". Et d’autre part le baccalauréat fait naître toute une panoplie d’outils pour " réviser " et non plus acquérir des connaissances, tels que les " Anabacs ", statistiques de sujets, corrigés... Bref, il y a toute sorte de " gadgets " pour obtenir ce morceau de papier dérisoire.

Le baccalauréat détruit la culture. Il réduit et découpe en morceaux des théories scientifiques ou économiques qui ne doivent être traitées que pendant une période donnée, qui ne sont rien d’autres que le prétendu " programme " d’une classe. Et le ministère de l’Éducation Nationale accélère cette mise à mort de la culture avec des projets de réforme qui visent à anéantir des matières au profit d’autres jugées plus utiles. Le jeu des coefficients brise la culture et le savoir. Les élèves sont ainsi obligés de suivre des cours qui leur paraissent totalement inutiles et le découpage de la journée en tranches horaires accentue le fait que l’on " bourre " l'élève dans le seul but d'avoir le bac...

Surèche Vassoudevane,

TS1, lycée Maurice Utrillo, 31 mars 2000.


pour imprimer le texte


Haut de la page


COPYRIGHT 2002 Bernard Defrance - tous droits réservés
contact webmaster

Warning: Unknown: Your script possibly relies on a session side-effect which existed until PHP 4.2.3. Please be advised that the session extension does not consider global variables as a source of data, unless register_globals is enabled. You can disable this functionality and this warning by setting session.bug_compat_42 or session.bug_compat_warn to off, respectively. in Unknown on line 0